Encore en phase montante, la problématique des villes « intelligentes » (smart cities) est le plus souvent orientée vers une conception particulière : plutôt entrepreneuriale, privilégiant l’innovation, tendanciellement fascinée par les « nouvelles technologies » et les promesses associées. Cette conception, souvent « top-down » et technocratique, est soupçonnée de servir surtout les intérêts des firmes engagées dans la promotion des nouveaux dispositifs. Elle est aussi critiquée parce qu’elle ne permet guère la participation des populations, voire tend à transformer les habitants en simples consommateurs de technologies.

Même si ce cadrage particulier a gagné en influence dans de nombreuses grandes agglomérations, d’autres conceptions peuvent amener à penser que les villes « intelligentes » ne sont pas forcément enserrées dans des appareillages techniques et informatiques de plus en plus denses et convertibles en offres marchandes. Certains acteurs urbains peuvent s’orienter vers d’autres manières de concevoir les infrastructures (informationnelles, mais pas seulement) et les modes de participation des habitants à la vie urbaine, en conservant ou retrouvant en plus une ambition écologique. Des villes intelligentes pour les citoyens