Une démarche innovante

Entre janvier et juillet 2017, une grande tournée démocratique et citoyenne s’organise dans les 23 bassins de vie de la Région. Dans chacun d’entre eux se tient une journée entière de rencontres, de débats et de temps de co-construction collectifs, sous des formats conviviaux et innovants. Chaque journée se clôture par une « Fabrik », temps de débats et d’élaboration de propositions sur les thèmes de la démocratie et de la vie quotidienne (mobilités, santé, alimentation, formation, etc.) !

La grande tournée démocratique et citoyenne a commencé en Février et l’équipe projet est déjà allée à la rencontre des citoyens du Loiret, de l’Eure et Loir et du Cher !

Nous sommes à mi-parcours de cette grande tournée démocratique qui sera en juin dans le département de l’Indre, puis en juillet dans le département du Loir-et-Cher et enfin de l’Indre-et- Loire.

Mais l’expérimentation de démocratie permanente dans notre région ne se terminera pas là et se poursuivra dans les mois prochains.

Retour d’expériences

Comme nous l’explique Catherine, administratrice du Cré-sol, les Fabriks se suivent mais ne se ressemblent pas :

Pour l’instant, j’ai assisté à deux d’entre elles :

  • Orléans, première Fabrik, les participants étaient nombreux (80), se reconnaissaient, l’ambiance était festive. Les discussions autour des thèmes proposés étaient enflammées, c’était la première, les questions étaient ouvertes, ça partait un peu dans tous les sens. Il s’est dit beaucoup de choses, est-ce que cela ne faisait pas un peu « liste à la Prévert » ?
  • Thiron Gardais, il y avait moins de monde (20), l’ambiance était studieuse, les présents souvent engagés dans une vie associative, convaincues du bien-fondé de la démarche. Les questions posées autour des thèmes se sont affinées au fur et à mesure des précédentes Fabriks, et, de ce fait, les discussions étaient approfondies, l’intelligence collective a bien fonctionné.

En cette période d’élections, particulièrement compliquée et frustrante, je me souviens qu’à ma table à Orléans, avait fait consensus le tirage au sort d’électeurs pour travailler avec les élus, participer aux prises de décisions. Apparaissait un grand désir de dépasser le « y’a qu’à, faut “qu’ils” pour se coltiner la réalité avec les élus.

Une reconnexion entre politiques et réalités de terrain ?

Bénédicte, également administratrice du Cré-sol ajoute :

C’est une façon plus directe, plus concrète d’exercer son « pouvoir de citoyen » (et donc de reprendre conscience de celui-ci !), voilà ce que représente pour moi la démarche entreprise en région Centre. A une époque où la confiance envers le personnel politique est fortement défaillante, où les hommes d’état apparaissent de plus en plus déconnectés de la réalité du terrain, une tournée d’envergure à l’intérieur des territoires, au contact des acteurs et à la rencontre des citoyens, est des plus pertinentes. On veut y croire ! L’implication d’un vice -président du Conseil Régional, en l’occurence ici Charles Fournier, témoigne de l’engagement qui peut exister à faire émerger une dynamique citoyenne nouvelle, durable et véritablement fructueuse à de cette démarche inédite. Maintenant, attention, la campagne présidentielle a offert offre son lot de promesses… La traduction des échanges en propositions, leur transformation en actes sera bien entendu scrutée avec attention…

Il me paraît juste de souligner le professionnalisme de l’équipe de Missions publiques et Villes au carré qui accompagne, balise, anime. A la fois chaleureuse et efficace, elle porte une attitude bienveillante essentielle à la co-construction de toute la démarche (élaboration des différents formats de Fabriks, de la tournée, collecte des suggestions pour les différentes thématiques, etc.). Quelle belle idée que d’ouvrir l’animation des Fabriks à des acteurs volontaires issus des territoires ! La toute première réunion publique à Orléans qui a rassemblé environ 80 personnes, certes déjà habituées à se mobiliser (la plupart étaient membres d’associations ou de collectifs), a été très encourageante, avec une participation active des personnes, des échanges nourris et spontanés entre citoyens et élus.Je me souviens il y a quelques années avoir pesté devant des manifestations de rues qui me semblaient être un moyen d’expression galvaudé, utilisé « à toutes les sauces ». Démocratie Permanente est, sur le fond autant que sur la forme, une démarche qui, souhaitons-le, démontre la force de l’intelligence collective et invite de plus en plus de personnes à coopérer chacun dans ses lieux de vie.