Nuit Debout, La Primaire.org, Stade Citoyen : trois évènements que nous avons décidé de vous présenter dans le cadre de ce premier article de notre dossier “Transition Démocratique”. Nés pour chacun d’entre eux d’une impulsion citoyenne, ils partagent la volonté de faire le pari de l’intelligence collective avec pour moteur, l’expérimentation. Leur ambition est celle de permettre aux citoyens de se réapproprier ce qui leur appartient depuis plus de 2500 ans : la démocratie dans leur quotidien, qu’ils disposent d’espaces d’expressions et qu’ils reprennent part au débat public.

Afin de comprendre au mieux notre choix d’aller vers ces trois projets, partons à leur découverte pour mieux en saisir les enjeux.

 

Nuit Debout, un mouvement de contestation citoyenne

Nuit Debout est un mouvement de contestation citoyenne lancé suite au projet de loi Travail en 2016. Sur le mode de l’horizontalité, Nuit Debout invite une pluralité d’individus, qu’ils soient salariés, entrepreneurs, chômeurs, simples curieux ou personnes engagées, à se rassembler partout en France, afin de se réapproprier l’espace public et les grandes questions politiques. Au travers de moments de partage et de réflexions collectives, la volonté des membres est de ne pas s’ancrer dans les processus démocratiques traditionnels de grands partis, de trouver une autre forme de faire du politique, parallèle aux institutions classiques qu’ils remettent en cause. Nuit Debout, perçu par certains comme un mouvement contestataire, par d’autres comme des “bobos gauchistes”, s’est vu évacué des places publiques, étant qualifié de regroupements dangereux dans le cadre de l’état d’urgence, et s’est notamment épuisé sur la durée. Le mouvement a certes pris de l’envergure dans toute l’Europe, mais il s’agit à présent d’aller au delà des mobilisations et de l’entre soi communautaire pour proposer des solutions et mesures concrètes. Nuit Debout doit à présent entrer dans la phase suivante, celle d’actions concrètes mais ça ne s’arrête pas là, d’autres dates de rassemblements sont à venir et une pétition a été lancée “Repenser la Démocratie” en mars 2017 qui énumère des propositions concrètes.

 

La Primaire.org ou le numérique au service de la démocratie

La Primaire.org est une primaire citoyenne, ouverte à tou·te·s et en ligne, permettant aux citoyen·ne·s de se présenter et d’élire les candidat·e·s de leur choix (ayant ou non un passé politique). A contrario de la primaire classique, elle ne nécessite pas de coût à l’inscription mais une signature de Charte. Elle invite les citoyen·ne·s de la société civile à se présenter aux Primaires, sans nécessairement être issus d’un parti politique. C’est l’occasion de montrer que le numérique est un moyen de faire vivre une démocratie citoyenne puisque chacun depuis son ordinateur peut voter et participer. Les français·e·s sont prêt·e·s à aller vers ce type de candidature citoyenne car la population ne se retrouve plus dans les discours des candidat·e·s politiques. Charlotte Marchandise, candidate de la primaire.org a été sélectionnée mais n’est pas parvenu à rassembler les 500 signatures nécessaires pour aller aux présidentielles.

 

Stade citoyen : l’agora citoyenne qui peine à se former

Stade Citoyen est une opération d’envergure lancée par le collectif Démocratie Ouverte et l’association Stade citoyen qui devait se tenir le 22 avril 2017. Malgré son annulation, l’initiative n’est pas dénuée d’intérêt. Le mouvement a cherché à réunir 80 000 personnes dans une agora (Stade de France) afin de discuter de sujets de fond démocratiques et co-construire ensemble des solutions. L’agora à ciel ouvert au travers du Stade Citoyen aurait permis d’expérimenter les outils de l’intelligence collective, notamment au travers du numérique. Yvan Richard, un des co-fondateurs de Stade citoyen expliquait qu’au travers de l’événement l’idée était de “relier les gens, de montrer que nous avons notre pouvoir d’agir nous-mêmes, que nous sommes responsables de notre avenir et acteurs de nos propres vies”. Les initiatives citoyennes qui fonctionnent devaient être au goût du jour lors d’ateliers de découvertes. Chacun aurait pu venir y parler de son quotidien et la co-construction avec les citoyen·n·e·s, de l’amont à l’aval de l’événement, était garante d’une participation vers un renouveau démocratique. Stade Citoyen n’a donc finalement pas eu lieu comme prévu le 22 avril. Ce fut un pari ambitieux qui s’est soldé par son annulation puisque moins de 1000 personnes se sont inscrites à l’événement alors qu’un minimum de 10 000 était nécessaire pour la réalisation du projet. Le manque de communication et un rendez-vous fixé la veille des présidentielles sont sans doute aussi des raisons à envisager pour comprendre le faible nombre d’inscriptions à l’évènement ?

 

Un terrain d’expérimentation démocratique

Malgré leurs limites, ces trois projets ont le mérite d’être des laboratoires d’exploration et d’expérimentation qui alimentent un renouveau démocratique et interpellent sur la nécessaire réappropriation de la chose politique par tous les citoyens.

Nuit Debout doit à présent entrer dans la phase suivante, celle d’actions concrètes.

Au delà de l’annulation du Stade Citoyen le 22 avril, il s’agit pour les organisateurs de rassurer les participant·e·s puisque rien n’a été précisé quant aux suites du projet dans lequel beaucoup de personnes ont placé leurs espoirs.

La Primaire.org a donné la chance aux citoyen·n·es lambda de remporter les primaires mais le chemin est encore long pour faire de cette expérience une réelle alternative aux candidats des partis. Rendez-vous en 2022 !

 

 

Pour en savoir plus :

 

La primaire

https://laprimaire.org/

 

Nuit Debout

http://alchimy.info/lemouvementnuitdebout/

https://blogs.mediapart.fr/sarah-roubato/blog/020616/nuit-debout-en-question

http://www.sarahroubato.com/publiesdans/nuit-debout-le-reveil-dun-reve/

https://gazettedebout.fr/2017/02/13/repenser-democratie-grace-a-nuit-debout/

 

Stade Citoyen

https://www.youtube.com/watch?v=gJY4gvDe-Og

https://www.wedemain.fr/80-000-personnes-au-Stade-de-France-pour-une-agora-du-XXIe-siecle-le-pari-fou-d-une-association_a2427.html