Le secteur de l’IAE s’appuie sur des activités techniques pour mener ce qui constitue le cœur de sa mission, à savoir l’accueil et l’accompagnement vers l’emploi, d’un public qui pour diverses raisons en est durablement éloigné. Ces activités techniques sont multiples, elles se sont mises en place au gré des opportunités locales, de l’histoire et des sensibilités des acteurs qui portent ces actions sur leur territoire d’intervention.

La production agricole fait partie de ces activités « supports ». Il s’agit la plupart du temps de production maraîchère « bio », mais pas exclusivement. Au-delà de l’intérêt de cette nature d’activité pour le secteur de l’IAE, pour ce qu’elle permet de produire de positif dans le processus d’accompagnement du public, elle offre aussi l’opportunité d’explorer de multiples problématiques transversales, susceptibles de participer aux difficultés qui pèsent sur certains usagers accueillis dans les actions de l’IAE (santé, difficultés financières, isolement …).

Au-delà de l’approche technique, comprendre l’agriculture et ses interactions

Sur ce second point, l’enjeu est donc d’aller au-delà du geste technique qui consiste à produire, de la préparation à la récolte, en interrogeant le rapport de la production agricole, et la manière de la mettre en œuvre, aux nombreuses interactions qui impactent quotidiennement l’existence de chaque individu. Nutrition, santé, pollution, traditions culturelles, organisation de l’espace, modes de consommation, cohésion sociale, précarité alimentaire … Autant de sujets sur lesquels les questions agricoles ont une influence, plus moins marquée.

Les personnes qui rencontrent de grandes difficultés en matière d’accès à l’emploi, du fait des difficultés financières et sociales que cette situation induit, sont aussi celles qui sont les plus vulnérables face aux problématiques liées à l’alimentation. Leur manière de consommer, et les difficultés d’accès à des produits variés et de qualité (pénurie d’offre à proximité de leur lieu de résidence, et/ou précarité financière), ont pour eux et leurs proches des conséquences directes en matière de santé. Ceci constitue une des nombreuses inégalités auxquelles est confronté ce public (précarité énergétique, surexposition aux produits polluants …).

Citoyens avant tout, le public accueilli dans le secteur de l’IAE a le pouvoir d’agir sur ce sujet qui l’impacte tant. Mais cela nécessite une prise de conscience de ce pouvoir, et une capacité à mettre en œuvre des choix (changer son alimentation, participer au débat public …), alors que souvent les difficultés du quotidien s’imposent et laissent peu de répit. L’immersion dans une expérience « apprenante » est susceptible de faciliter ce processus d’appropriation des enjeux sociétaux que croisent les questions agricoles.

3601760986_9720bf0a37_o

 Image – CC by SA – Une vallée dans la lune

Le parcours d’insertion, de l’objectif emploi aux choix citoyens éclairés par l’action et les échanges

Participer à une activité de production agricole dans le cadre d’un parcours IAE peut donc être un facteur d’acculturation du public à ces enjeux. La mobilisation sur des activités connexes dans le cadre du dispositif d’accompagnement (ateliers de cuisine, participation à des temps de sensibilisation …), dans une démarche d’éducation populaire facilitant l’appropriation par tou(te)s des éléments de contenu, quel que soit le bagage culturel des un(e)s et des autres, est aussi un moyen d’accompagner le public accueilli, dans un parcours qui l’outille davantage pour faire librement les choix qui lui conviennent le mieux au regard de sa situation et de ses convictions.

Au-delà du volet purement technique des activités d’IAE, permettant la reprise d’une activité salariée, en mettant en œuvre des gestes professionnels, permettant d’acquérir des compétences spécifiques ou transversales, celles-ci peuvent aussi être complétées par un dispositif de formation « citoyenne », ayant trait aux enjeux de société qui ont des répercussions délétères dans les espaces sociaux dans lesquels le public évolue. L’enjeu est ici de permettre aux usagers de s’approprier  les éléments relatifs aux problématiques visées (l’agriculture dans le présent exemple). Ceci aidera pour agir pour soi (sa santé, la maîtrise de son budget, ses relations sociales …), mais contribuera aussi à l’amplification de la prise de conscience collective,  condition indispensable pour faire évoluer le paradigme agricole dominant dans le cadre d’un débat public renouvelé.