Il n’est désormais plus question d’agriculture au singulier mais bien d’agricultures au pluriel. Qualifiée de biologique, raisonnée, biodynamique, permaculture, agroécologique, sociale ou encore durable et bien d’autres, la culture du sol et désormais envisagée sous divers angles qui se veulent des transitions au modèle agricole dominant.

Face à cette diversité d’agricultures, de nombreuses structures facilitent l’installation de ceux qui choisissent l’une de ces voies.

Une diversité d’acteurs en région Centre Val de Loire

La région Centre Val de Loire se voit dotée de nombreuses structures qui accompagnent les porteurs de projets en agricultures alternatives. Certaines s’organisent en réseaux nationaux, d’autres en réseaux locaux.

L’une des activités de ces structures facilite l’accompagnement à l’installation. Le réseau Initiative Pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale (InPACT Centre) propose un accompagnement de la réflexion jusqu’à l’installation agricole. Inter AFOCG  met en place des formations en comptabilité/gestion d’une structure agricole. Le Réseau AFIP développe des formations pour aider à l’accompagnement d’initiatives rurales et agricoles. ARDEAR Centre, avec ses antennes dans les départements propose un catalogue complet de formations liées à tous les domaines de l’agriculture paysanne. Le réseau des CIVAM ajoute à cette offre de formations la réflexion sur les projets alimentaires territorialisés.

Toutes ces structures en région Centre Val de Loire sont présentes pour aider à l’appui et à l’accompagnement des porteurs de projets en leur permettant d’acquérir des compétences diverses et variées. Cette liste n’est pas exhaustive,  il en existe bien plus en région, dont l’association Fermes d’Avenir qui a pris de l’ampleur ces dernières années.

Fermes d’Avenir : un terrain d’expérimentation et de formation

Nous avons souhaité interroger, lors d’une émission radio, Maxime de Rostolan qui défend les valeurs de l’agroécologie et de la permaculture avec l’association Fermes d’Avenir dont il est le fondateur. C’est à travers des chiffres marquants qu’il nous rappelle ce qui l’a amené vers la défense de ces deux types d’agricultures : “En 1940 avec une calorie fossile on produisait 2,4 calories alimentaires. Aujourd’hui, il faut de 7 à 10 calories fossiles pour faire une calorie alimentaire”. Il s’est donc lancé dans ce projet ambitieux pour “faire la révolution dans le domaine de l’agriculture”. L’association propose deux grands volets : l’expérimentation et la formation.

L’expérimentation

La volonté en créant cette structure en 2013 était “d’évaluer la viabilité économique, technique et sociale d’une agriculture qui s’inspire de la nature” avec pour objectif de créer 100 000 emplois en 10 ans. L’agroécologie et la permaculture s’avèrent être des modes de culture qui laissent la nature produire par elle-même, sans chimie et dans le respect de l’Homme : “La permaculture est une méthode de conception d’écosystème humain équilibré, ce qui signifie que l’on peut faire de la permaculture dans toutes les choses de notre quotidien”.

Ces deux arts de cultiver, permettent à l’association de travailler sur les questions des transitions agricoles avec l’installation de micro-fermes expérimentales, dont la première fut créée à Montlouis sur Loire dans le domaine de La Bourdaisière en Indre et Loire, et qui désormais étend son modèle à la France entière. Il est d’ailleurs possible de la visiter et d’y acheter ses fruits et légumes.

source-fermesdavenir-org                                                                                                          © Fermes d’avenir

 

Fermes d’Avenir a programmé un tour de France de l’agroécologie pour l’été 2017 qui permettra aux personnes qui le souhaitent de découvrir les initiatives agroécologiques partout en France.

 

fermesdavenir-org                                                                               © Fermes d’avenir

 

Ajoutons à cela que l’association Fermes d’Avenir travaille avec la plateforme Bluebees, créée par Maxime de Rostolan. Elle permet le financement participatif de projets agroécologiques. Elle a jusqu’aujourd’hui récolté plus de 2 millions d’euros de financements de projets.

La formation

En plus de l’expérimentation de micro fermes agroécologiques, Fermes d’Avenir offre la possibilité de venir se former au métier de payculteur ; une formation longue et complète qui est dispensée par un ensemble de professionnels et qui permet de se former à l’entrepreneuriat agricole.

 

20160705_v3_montage_article_payculteur-473x353                                                                                                © Fermes d’avenir

 

En somme, Maxime de Rostolan a souhaité nous expliquer que “Le modèle dominant en France n’est pas du tout représentatif de l’agriculture au niveau mondial : 90% des agriculteurs dans le monde n’ont pas de tracteur”. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas se cantonner à un modèle unique d’agriculture puisqu’il en existe une grande variété partout dans le monde.
Pour compléter cet article, vous pouvez ré-écouter ci-dessous l’émission radio “Sortez” de Radio Campus Tours produite le 21 décembre 2016 en compagnie de Maxime de Rostolan, représentant de Fermes d’Avenir :