Pixton Comic Les circuits courts alimentaires par dimitrirouger 2

AMAP La Riche en Bio

On résume souvent une AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) aux paniers de légumes qu’elle peut distribuer. On oublie souvent que c’est avant tout une affaire de convictions, un rassemblement d’hommes et de femmes animés par des valeurs et d’une envie de remettre en cause le modèle dominant. Des consom’acteurs, des vrais !!

Pour illustrer ces propos, nous vous invitons à découvrir l’AMAP La Riche en bio.

Une affaire de bénévoles

Forte de ses 110 familles adhérentes, l’AMAP de La Riche fonctionne grâce à l’investissement de ses bénévoles. On peut y retrouver les fondateurs de l’association avec en figure de proue Jacques Dyonet, Président de l’AMAP. Pour lui, l’aventure AMAP débute il y a presque 10 ans. Ancien professeur à l’IUT de Tours Nord, il est déjà présent lors de la création de l ‘AMAP Bio en Brenne en 2006 à l’initiative d’un maraîcher. Jacques remet ça en 2009 avec l’AMAP de la Riche en bio. L’expérience de ces bénévoles dans la gestion d’une telle association se ressent dans l’organisation. Ils s’occupent de la distribution, du rôle de référent, de la préparation des contrats entre les producteurs et les familles…

photo 2

 

 

 

 

 

Dés l’entrée du local, tu peux récupérer tes fruits, tes légumes et même de la bière artisanale

 

 

 

La distribution de produits s’effectue le vendredi, en fin de journée, dans un local prêté par un adhérent. Tous les producteurs viennent y déposer leurs produits qui ont été préalablement commandés et payés par les familles adhérentes. L’organisation de l’AMAP permet à chacun de choisir les types de produits qui les intéressent (viandes, légumes, fruits, œufs, pains…). Il faut bien comprendre qu’on ne choisit pas ses produits comme dans un supermarché. Prenons l’exemple de la viande : l’éleveur va attendre d’avoir assez de commande pour emmener une bête à l’abattoir. Ensuite il procède à une répartition équitable sous forme de caissette pour la distribution. Il y a un référent pour chaque type de produits, ce qui permet une gestion simplifiée et des paiements directs entre consommateurs et producteurs.

Une organisation particulière

Comme le dit le site reseau-amap.org « une AMAP naît de la rencontre entre un groupement de consommateurs et d’un producteur ». Entre eux s’installe une relation gagnant-gagnant (win-win pour les bilingues !!). Le producteur va pouvoir vendre aux prix juste sans subir la pression de la grande distribution et les consommateurs acheter à un prix intéressant tout en contrôlant la qualité (grâce à la suppression des intermédiaires).

Cette relation dépasse le seul lien commercial. Elle résulte d’un réel engagement de la part du consommateur par rapport aux producteurs. Il n’est pas question de fonctionner comme un « drive » où les familles viendraient simplement récupérer leurs produits. Dans l’AMAP, tout est basé sur la confiance, la solidarité, l’entraide et la convivialité. Cette implication est souvent appréciée par les producteurs car cela valorise leur travail.

photo 3 1

 

 

 

Deux maraîchers de La Riche viennent te proposer tous les vendredi leurs productions bio (difficile de faire plus local) !!

« Le contact avec le producteur est essentiel »

Comme nous a raconté Jacques Dyonnet, il faut savoir qu’à la base, une AMAP s’organisait souvent autour d’un producteur. Il pouvait même être à l’initiative de l’association. L’AMAP était à l’image d’un atome, le producteur comme noyau, et les familles adhérentes représentant les électrons gravitant autour. À La Riche en bio, on a plus affaire à une organisme vivant, réunissant de nombreux acteurs. Des citoyens ayant envie de changer de mode de consommation et de production, se regroupant pour soutenir les circuits courts alimentaires et participant activement à un large réseau informel de la consommation responsable.

Des convictions assumées

Chacun arrive suite à des expériences personnelles souvent assez différentes. Mais tous possèdent un socle commun de valeurs et de convictions au sujet de notre mode de consommation, de l’alimentation, du développement durable ou encore de la société. Et c’est généralement pour agir dans ce sens que des familles choisissent d’adhérer à une AMAP.

Comme dit Jacques : « Le bio doit aller de pair avec le local ». En effet, il y a deux aspects importants dans une AMAP :

  • la recherche de produits de qualité, bon pour la santé et savoureux
  • le soutien d’une économie locale

Ce sont souvent les deux sources de motivations des « consommateurs » au delà de l’aspect économique qui est pourtant bien présent. C’est d’ailleurs ce que l’on retrouve dans une étude* menée sur les consommateurs-citoyens de la Riche en Bio. Selon les personnes ayant répondues à l’enquête, les principales sources de motivations sont la qualité des produits, le respect de l’environnement et la solidarité avec les agriculteurs. Il en découle des convictions profondes et plus larges comme le développement d’une agriculture bio, le changement des habitudes des consommateurs, la lutte contre le traitement chimique et le gaspillage, etc.

« On fait croire aux gens qu’ils n’ont pas le temps de cuisiner »

photo 5 1

 

 

 

 

 

 

Ça se bouscule pour venir récupérer le reste de ses produits (pain, viande, œuf…). Sans oublier de noter sa présence !!

 

 

 

De multiples actions

Tout ça ne pourrait être que belles paroles et discours de « bobo » s’ils n’étaient pas accompagnés d’actions concrètes. La distribution de produits bio et locaux reste bien évidemment l’activité principale de l’association tout au long de l’année. Mais elle participe au développement des circuits courts de nombreuses autres manières.

En effet, concernant les liens étroits entretenus avec les producteurs, il est possible que les adhérents retroussent leurs manches (mais ne retournent par leurs vestes) pour donner un coup de main à ces derniers. Cela rentre dans le cadre du soutien aux producteurs locaux. Par exemple, ils peuvent se porter caution solidaire, parrainer le 1er troupeau d’un éleveur ou encore participer à un désherbage chez un maraîcher.

De plus, La Riche en bio est très active dans l’émergence d’autres AMAP sur le territoire. Elle a participé à la création d’une dizaine associations du même type en Indre et Loire en jouant un rôle de fédérateur pour former des groupes de citoyens ( ex : Chambray, Joué-les-Tours, Ligueil, Ballan-Miré…). Ceci est possible grâce à sa participation à des événements en lien avec la consommation responsable simplement sous l’appellation AMAP (le but n’étant pas de faire la promotion de La Riche en bio mais des AMAP de manière générale).

Mais le temps fort de l’association reste son marché Bio. Fêtant sa 4éme édition en 2014, il regroupe les producteurs de l’AMAP ainsi que des associations et des artisans ayant des affinités avec cette dernière. Fort de son succès, il a accueilli plus de 2000 visiteurs cette année au Parc public du Prieuré de Saint Cosme.

 

On ne va donc pas dans une AMAP simplement pour récupérer des melons, concombres ou autres cucurbitacées savoureux et économiques dans une ambiance conviviale. Cette démarche s’inscrit dans une philosophie beaucoup plus large et qui attire des citoyens conscients des enjeux auxquels notre société fait face. Et c’est là où La Riche en bio est peut être la plus intéressante avec un rôle très important de sensibilisation auprès des nouvelles générations !!

Si vous aussi vous voulez faire partie d’une aventure comme celle-là, n’hésitez pas à regarder sur l’annuaire du guide ou sur le site reseau-amap.org pour trouver l’AMAP la plus proche de chez vous !! Vous pouvez aussi en créer une…

* « Qui sont les consommateurs-citoyens de l’AMAP La Riche en Bio ? », PIERRE BITOUN & CATHERINE LEFEBVRE, INRA-SADAPT

 

 Dimitri Rouger, Service Civique Cré-sol